« L’after atelier » – Yin Yang Flow « Les prémices de l’hiver »

par | 25 Déc 2021 | ateliers yoga, ayurveda, chakra

Il faut devenir aussi simple et muet que le blé qui pousse ou la pluie qui tombe. Il faut se contenter d’être. Etty Hillesum

Yin Yang flow, atelier du 11 décembre

Le retour à la Terre

Se poser, lâcher prise, s’établir

Avec la sève qui se retire et le froid et l’humidité qui s’installent, cette période annonce la fin d’un cycle. La nature se fait silencieuse et se retire telle une petite mort. C’est tout le végétal qui s’allège de son superflu pour concentrer ses forces dans les racines et résister  ainsi à l’hiver qui approche.

C’est le temps idéal pour accepter de laisser « se faire », pour se recentrer et être à l’écoute de ce qui importe vraiment. Traditionnellement, cette période de l’année correspond à un temps de gratitude et de recueillement.

D’un point de vue symbolique, Noël, est aussi l’occasion de prendre soin de soi et des autres. Il nous rappelle qu’un coeur ouvert, aimant et généreux ne connaît pas la désespérance et peut faire le bonheur d’un grand nombre de personnes.

Avec la compassion dans le coeur, chaque pensée, chaque parole et chaque acte peuvent produire un miracle. Thich Nhat Hanh

Quel est l’impact sur le corps d’un point de vue ayurvédique ?

Les doshas Vata (espace et air) et Kapha (terre et eau) sont les plus susceptibles de se déséquilibrer durant cette période. En effet, la fin de l’année est un moment délicat qui génère une forte instabilité émotionnelle pour ces doshas.

Rappelons les qualités de chacun similaires à celles de l’hiver !

  • Vata : sec, froid, léger, subtil, irrégulier, mobile et alerte
  • Kapha : lourd, froid, humide, épais, doux, lisse, ferme, terne

Le déséquilibre survient lorsque ces qualités sont en excès. Aussi, ceci aura une répercussion à la fois sur le plan physique que sur le plan émotionnel :

 

vata yoga et ayurveda Fanny Ros

VATA 
  • Plan physique : fatigue, frilosité, douleurs articulaires
  • Plan émotionnel : instabilité, versatilité, peurs

 

kapha yoga et ayurveda Fanny Ros yoga

 

KAPHA
  • Plan physique : manque de vitalité, lourdeur, sommeil excessif
  • Plan émotionnel : mélancolie, anxiété, possessivité

 

 

 

Par conséquent, il est important de les canaliser :

  • Vata, pour qu’il ne soit pas dominé par ses incertitudes et la peur de la finitude
  • et Kapha pour ne pas le laisser sombrer dans une léthargie mélancolique.

Pour être à l’équilibre, ces deux doshas doivent renforcer leur qualité d’ancrage et accepter l’éphémère de nos vies et qui en fait en même temps la préciosité.

Quel style de vie adopter ? Quels aliments privilégier ?

Durant cette période, à la fois de retour vers soi et de préparation des fêtes de fin d’année, il nous apprendre à ralentir et préférer les activités riches de sens et à agir en pleine conscience. En effet, pour concentrer le mental, rien de tel que de se consacrer à des activités créatives.

Pour éviter la fatigue et la dépression, il faut recentrer l’énergie dans les reins. Pour cela, pratiquer le yin yoga est idéal, notamment en choisissant des postures qui activent la circulation dans le méridien du rein mais aussi dans celui du vessie associé au premier. Retrouvez ici plus d’informations sur ces méridiens et un exemple d’enchainement de postures !

D’un point de vue alimentaire, certains aliments sont préconisés pour renforcer notre organisme. En voici quelques uns :

  • les fruits de mer riches en iode et en zinc)
  • les fruits secs
  • les légumineuses et tous les aliments riches en vitamines C et D (choux, poissons gras…).

Les sucres rapides sont, particulièrement, à éviter.

yoga et ayurveda Perpignan      yoga et nourriture Perpignan

atelier yoga Cabestany

La recette du caramel de dattes 

recettes atelier de yoga PerpignanPrendre de la pâte de dattes (environ 300 gr) et la mélanger avec une pointe de sel, de l’extrait de vanille, 2 cuillères à soupe d’huile de coco et réfrigérer au moins 30 minutes.

Préparer le chocolat enrobant avec du cacao (idéalement) cru en poudre 1 cuillère dans une casserole avec de l’huile de coco (2/3 cuillères).

Former des petites boules avec la pâte de dattes à l’aide de deux cuillères et les disposer sur une plaque avec du papier sulfurisé.

Faire rouler les boules de dattes dans de la farine de coco et les tremper ensuite dans la préparation au cacao.

Réfrigérer à nouveau au moins une heure ou les faire durcir au congélateur 10 minutes.

 

Comment cultiver sa lumière intérieure ?

Quelle routine yoga ?

L’idéal est d’instaurer une routine yoga avec pour intention de canaliser Vata et Kapha et pour attention la zone du plexus solaire (Manipura chakra) pour entretenir le feu qui fait défaut en cette période à ces deux doshas, tout en nous invitant à un temps d’introspection et de recueillement.

La salutation au soleil avec mantra apporte fluidité et dynamisme, indispensable à cette saison. Voici un exemple sur le site Esprit Yoga.

Quels pranayamas ?

Certains pranayamas comme pratiloma ujjayi ou bhramari (bourdonnement de l’abeille) sont idéales en cette période. Petit rappel de pratiloma :

  1. Expirez et inspirez par les deux narines en ujjayi
  2. Expirez et inspirez par la narine gauche
  3. Expirez et inspirez par les deux narines en ujjayi
  4. Expirez et inspirez par la narine droite
  5. Expirez et inspirez par les deux narines en ujjayi et continuez sur plusieurs cycles.
Sur quel chakra porter son intention ?

Manipura « l’abondance des joyaux » est le chakra qui active en nous l’énergie vitale. Situé au-dessus du nombril, au niveau du sternum, il est le centre du plexus solaire et correspond au 3ème chakra. C’est lui qui est le centre de notre force, de notre « soleil intérieur ». Il est associé à l’élément feu (Agni), il contrôle notre équilibre énergétique et régule les fonctions du pancréas et des organes digestifs assurant ainsi la digestion tant physique qu’émotionnelle.

C’est le lieu de l’assimilation des expériences et des sentiments, du développement de notre personnalité et de son rayonnement au sein du groupe social. C’est le centre où s’épanouit notre capacité de décision, de transformation et d’action.

Quelle pratique méditative ?

Pratiquer Pratyahara ou le retrait des sens est un réel cheminement vers l’intériorité. Je vous partage ici une bonne explication de ce qu’est Pratyahara.

Ce sourd entendait l’infini… que lui importe l’absence de l’organe ! Le verbe est là, toujours présent, Beethoven, tous les pores de l’âme ouverts, s’en pénètre. Il entend l’harmonie et fait la symphonie. » Victor Hugo